Lo Camin

Et puis nous prendrons des chemins inconnus
Et des routes qui ne mèneront nulle part
Et nous serons heureux dans la liberté de l’instant
Sans aucun poids ni mesure
Au loin, le monde
Celui que l’on croyait être
Ou que l’on voulait qu’il soit

Nous nous effacerons,
Reprendrons le chemin
Au loin dans la montagne
De solitude et de vent
E tornarem, tornarem prene lo camin
Ont son morts los arbres e partits los aucèls
Lo tornarem prene per semenar l’espèr e la vida !

L’Aucelet

Bona Annada !

Vos desiri sòmis que s’acaben pas jamai.
E l’enveja rabiosa d’en realizar qualques uns !
Vos desiri d’aimar çò que cal aimar,
e d’oblidar çò que cal oblidar.
Vos desiri emocions, silencis, cants d’aucèls al matin ! 
E lo rire dels mainats ! 
Vos desiri las diferéncias e lo respècte ; la valor de descobrir l’autre.
Vos desiri la resistància a l’agotament, a l’insensibilitat, e a las vertuts negativas del nòstre temps. 
Vos desiri finalament de pas jamai renonciar a l’aventura, a la vida, a l’amor, perque la vida es una aventura meravilhosa e degun deu renonciar sens donar una dura batalha. 
Vos desiri mai que mai d’èsser uròs e fier de la persona que sètz vertadièrament.
E remembratz que lo nòstre vertadièr destin es aquel d’èsser uròs !

Jacme Brel, extrach de « los vòts », revirada l’Aucelet


Le seul fait de rêver est déjà très important. Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable. Jacques Brel

Qu’al vent se’n va…

Je ne retrouve plus ces paysages où j’ai vécu
Ces paysages où je te retrouvais vivant
et dans lesquels j’étais sûre que nous avions vécu ;

Je les cherche, pas à pas, les uns après les autres,
sous les feuilles d’automne et la cendre de l’été
derrière le ciel et en amont du soleil ;

J’étais si sûre pourtant d’avoir vécu ici avec toi,
si sûre d’avoir serré tes mains contre mon cœur
en oubliant la neige, le froid et les rivières ;

J’ai cherché comme une enfant, certaine de sa vérité,
comme un être de pierre toujours éveillé
et sur la plus haute branche, de l’arbre qui fut jadis,
c’est le vent… le vent qui vient 
e mon espèr, qu’al vent se’n va…

Lou Petìt Ausèth

Libertat

Te’n brembas
deus ivèrns passats
tan longs e heireds
shens que pòrtes
sens a la mia vida ?

Libertat
Te’n brembas
deus carrèrs nheutats
on podèvam pas passar ? 

E las montanhas que pugèrem ?
e los arrìus qu’atraversèm ?

Te’n brembas 
de las huelhas que cambiavan ;
e de las oras a escríver ? 

Libertat,
te’n brembas de l’èrsa que s’a tot emportat 
un ser de Mai ?
de la nèu honuda
e de l’abondància de l’aiga ?

Libertat
Te’n brembas
de la nòsta parténça
sus lo medish batèu
cap au medish estremau ?

Ah Libertat ! 
te serèi toustém fidèla !
ne m’abandones pas…

Lou Petìt Ausèth

Letra aubrida au Cònsol de Lascasèras

Rason : Denominacion deus camins 


Adishatz !

Daunes, Sénhers deu Conselh Municipau, Moussu lo Cònsol de Lascasèras 

A bèth seguit deu vòste corrièr qu’anóncia un cambiament de denominacion au profieit deu francés e au detriment de la lenga Gascona, que’vs demandi de ben vóler préner coneishença d’aquera letra aubrida.

Qu’ei dap un gran his au còr qu’èi aprés la vòsta decision – en data deu 6 de seteme de 2019 – de modificar lo nom de las vias urbanas à Lascasèras (65 – Bigòrra).

Aqueth cambiament de denominacion que hica en perilh la nòsta lenga e la nòsta cultura bigordanas. Nominar chemin un camî plurisecular al còr de Gasconha que representa una incoeréncia lingüistica que provocarà una talhada dens la transmission inter-generacionau de la lenga, de la cultura e de l’istòria de la Bigòrra.

Aquera decision prejudícia al nòste parçan e a la soa toponomia. Que va contra a las politicas publicas qu’an per mira lo desvolopament e la proteccion de la lenga occitana. La lenga nòsta qu’ei tostemps presenta oraument a Lascasèras e la pairar de son escritura que seré quauquarren de mauadret.

L’arrespècte deu patrimòni europèu representat pera nòsta lenga e nòsta cultura gasconas que deu estar una prioritat locau e departamentau. Los nòstes ancèstres qu’an parlat Bigordan e qu’an aimada aquera lenga, qu’a estada transmesa e qu’èm uei sos eretèrs. La nòsta lenga qu’ei una beutat delicada : la flor de la nòsta identitat regionau.

La conservacion de la nomenclatura gascona de la vòsta comuna qu’ei essenciau entà aunorar lo nòste territòri. Lo temps de la discriminacion lingüistica de cap a las lengas regionaus qu’ei escorrut. 

Aquera francizacion me sembla regretable e pas vertadèrament justificada. De sègle en sègles los camîs de Lascasèras qu’an estats los camîs deu vilatge shens jamei troblar lo foncionament administratiu deu vilatge. 

Har domau à l’istòria lingüistica deu Parçan de Ribèra-Baisha que privarà las ciutadanas e los ciutadans de Lascasèras – atau com las generacions futuras – de lors arraïtzes legitims e de la lor cultura territoriau. 

Camî de las lanes dou bosc ; Camî de Marquissaou… Lascaseràs que coneish la sòrta, desempuish decenias, de possedir aqueth doç legat de l’istòria. Ne sèi pas se la vòsta decision serà ua accion de gran endom ni tanpòc lo son contracòp envèrs los taulòts que son de bèth temps en plaça sus la comuna e escriuts en gascon. Qu’ei per açò que gahi los davants e que’vs demandi, au nom de la cultura, de ben vóler obrar a la preservacion in situ de la senhaletica gascona que bordeja las carrèras de Lascasèras. Aqueth tesaur inestimable qu’ei un eretatge fragil, qu’avem lo dever de lo protetjar e de lo conservar.    

Dap l’espèr de vos tornar léger lèu, que’vs prègui de recéber, Daunes, Sénhers deu Conselh Municipau, Moussu lo Cònsol de Lascasèras, las mias salutacions respectuosas. 

De còr e d’òc,

Paulina Kamakine

Lettre ouverte au Maire de Lascazères
Objet : Dénomination des voies 

Adishatz !

Mesdames, Messieurs le Conseil Municipal, Monsieur le Maire de Lascasèras 

Je fais suite au courrier adressé à vos concitoyens dans lequel vous annoncez un changement de dénomination des voies au détriment de la langue Gasconne et au profit du français.

C’est à regret que j’ai pris connaissance de cette décision validée par la Mairie de Lascasèras en date du 6 septembre 2019.

Ce changement de dénomination met en péril notre langue et notre culture bigourdanes. Nommer chemin un camî pluriséculaire au cœur de la Gascogne représente une incohérence linguistique entraînant une rupture dans la transmission de la langue, de la culture et de l’histoire de la Bigorre.

Cette décision porte préjudice à l’histoire des lieux et à la toponymie. Elle va à l’encontre des politiques publiques visant à promouvoir et à protéger la langue occitane. La présence de la langue orale est encore vivace au sein de votre commune, la priver de son écriture serait un geste maladroit.

Le respect du patrimoine européen que constituent notre langue et notre culture gasconnes doit être une priorité locale et départementale. Nos ancêtres ont parlé et aimé cette langue, elle a été transmise et nous en sommes les héritiers, elle est une beauté fragile de notre identité régionale.

La conservation de la nomenclature gasconne sur la commune constitue un prérequis essentiel afin d’honorer notre territoire. Nous sommes en 2019, le temps des discriminations linguistiques envers les langues régionales est révolu.

Cette francisation me semble regrettable et non justifiée. Cela fait des siècles que les camîs du village se nomment ainsi sans que cela n’entraîne un quelconque dysfonctionnement.

Porter atteinte à l’histoire linguistique du Terroir de Rivière-Basse signifie priver les citoyens de Lascasèras – ainsi que les générations futures – de leurs racines et de leur culture territoriale.

Camî de las lanes dou bosc ; Camî de Marquissaou… Lascaseràs a la chance de posséder ce doux legs de l’histoire depuis plusieurs décennies déjà. Je ne sais quelle envergure peut prendre votre décision au sein de la commune et ni quelles répercussions elle peut avoir à l’égard de la signalétique gasconne déjà en place, c’est pour cela que je prends les devants et vous demande, au nom de la culture, de bien vouloir mettre tout en œuvre afin de préserver in situ la signalétique gasconne qui borde les camîs de Lascasèras. Ce trésor inestimable est un héritage fragile, nous avons le devoir de le protéger et de le conserver.

Dans l’attente de vous lire à ce sujet, je vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs le Conseil Municipal, Monsieur Le Maire, mes salutations les plus respectueuses,

Bien cordialement, de còr e d’òc,

Û die d’Estiu…

Que-m’éy mourt lou co

Que-m’éy mourt lou co
û die d’Estiu

Que-m’éy mourt lou co deguéns lou toû partì
Que-m’éy mourt lou co
tan simplamén
coum la flou de noubémbrẹ
dèche plaço à û gn’aoùtẹ sasoû
que-m’éy mourt lou co 

Que-m’éy mourt lou co
coum la darrèro luts de l’estélo cajénto

Que-m’éy mourt lou co
qu’a amourtit las galaxios
e la luts dous més ouélhs

Que-m’éy mourt lou co
û die d’Estiu

û die de sourélh pertàn
chéns frét e chéns Iwèr aoùtẹ
qu’aquéth qu’anawa
d’are en ça,
(entà jou)
coumençà.

Lou Petìt Ausèth

Anarèi

Anarèi pertocar la luna
deu cèu de Gasconha
Anarèi careçar lo peu
deus anjos e benlhèu
los pès de Diu

Anarèi tocar las montanhas
de sable que pujan dinc au blu de l’esperança
e peras ondas de la Mar Grana
que m’ deisharèi càder
com l’ombra deu silenci
desapareish 
dap la prumèra luts deu maitin…

Lou Petìt Ausèth

Innoucén

J’ai retrouvé la paix de mes paysages
L’instant endormi sur la montagne
J’ai retrouvé ce qui danse, dîne et dort
Dans la paisible insolence du temps qui passe

J’ai retrouvé ma vie celle que j’avais laissée
Maladroite, posée sur le rebord d’une table
Au fond d’une pièce sans tapisserie

J’ai retrouvé celle que j’étais un peu transie

par la tourrade du matin
Dans un sourélh de neige

J’ai retrouvé mes mots, ma vie
Et le temps qui passe
Innoucén, maouadrét
P’ou mé coustat
Embesìblẹ

Lou Petìt Ausèth