Tolosa

Coma non creire l’existéncia quora lo solelh s’estend sus la Nòstra Tèrra d’Òc ?
Ò Tu per la qual sospiràvem e que nos aculhís, uèi, tant doça entre tos braces cargats de solelh, de sal, d’esposques e de promessas ! 


Tornarai – disiás e ieu, t’atendiái… 

______


Comment ne pas croire à la vie lorsque le soleil doucement caresse notre Terre Occitane ?
Ô celle pour qui tant nous soupirions et qui aujourd’hui nous accueille avec tant de tendresse entre ses bras trahis de soleil et de sel, d’embruns et de promesses !


« Je reviendrai » tu disais et moi, moi je t’attendais…

 

L’Aucelet, Tolosa, 17/06/19

Hilho de Païsâ

Là, deguéns aquéro maïsoû
Ancrat p’ou boy de l’armoèro
Lou bisàdjẹ d’ùo hemno
Plé de bertàt e de douçoû

Las soûas mâs d’esperénço
Qu’an tournat semià per lou prat
flous de l’infànço e lou blat,
qui sap dou téms, la sapiénço

Beautàt de la praubetàt
Û sé d’Estiu à toû coustat
Beroy arrìu dou mé parsâ,

Douçamén te poudé cantà
Que-m remémbri toustém d’està
Hemno, Hilho de Païsâ !

Lou Petìt Ausèth, Labatut-Ribièro, Jugn de 2019

Aquest Amor

Aquest amor
Tan violent
Tan fragil
Tan doç
Tan chagrinat
Aquest amor
Bèl coma lo jorn
E marrit coma lo temps
Quora lo temps es marrit
Aquest amor tan vertadièr
Aquest amor tan polit
Tant urós
Tan joiós
E tan derisòri
Tremolant de paur coma un mainat dins l’escur
E tan segur d’el 
Coma un òme tranquil al mièg de la nuèch
Aquest amor fasiá paur als autres
Los fasiá parlar
Los emblaimava
Aquest amor desesperat
Per ço que lo desesperàvem
Corsejat ofensat trepejat tuat negat oblidat
Per ço que l’avèm corsejat ofensat trepejat tuat negat oblidat
Aquest amor tot entièr
Tan viu encara
E tot ensolelhat
Es lo tieu
Es lo mieu
Aquel que foguèt
Totjorn quicòm mai
E qu’a pas cambiat
Tan vertadièr qu’una planta
Tan fremissent qu’un aucèl
Tan caud tan viu coma l’Estiu
Que podèm los dos
Anar e tornar
Podèm oblidar
E puèi nos tornar endormir
Nos desrevelhar sofrir se far vièlh
Nos endormir encara
Somiar de la mòrt, 
Nos revelhar sorire rire
E rejovenir
Nòstre amor demòra aicí
Testut coma una borrica
Viu coma la desirança 
Crudèl coma la memòria
Bèstia coma los pentiments
Tendre coma lo sovenir
Fred coma lo marme
Bèl coma lo jorn
Fragil coma l’enfant
Que nos agacha en sorisent
E sens dire ren nos parla
E ieu l’escoti en tremolant
E brami
Brami per tu 
Brami per ieu
Te supliqui
Per tu per ieu e per tots los que s’aiman
E que se son aimats
Òc li brami
Per tu per ieu e per tots los autres
Que coneissi pas
Demòra aicí
Ont es ara 
Ont èras abans
Demòra aicí
Bolegues pas
T’en anes pas
Nosautres nos sèm aimats
T’avèm oblidat
Tu nos oblides pas
N’aviam pas que tu sus tèrra
Nos daissa pas pescar fred
Totjorn pus luènh
Ont que siás
Daissa una marca
Pus tard al canton d’un bòsc
Dins la selva de la memòria
Pareis tot d’un còp
E manda ta man
Per nos salvar.



Jacme Pratverd « Cet Amour » – Rebirado en Òc : Lou Petìt Ausèth

ENTÀ TU

Entà Tu,
moun bilàdjẹ
e la douçoù dou téms qui passe


Per Tu,
moun enfanço
berçade entrẹ l’Aoudé e la Bigorro


Entà Tu,
lou drollẹ qu’a grandit
en lous prats flourits d’Ouccitanio


Per Tu,
l’Enfàn-Pouètẹ 
bajut jous û céu d’éstelos


Entà Tu,
la Hemno qu’a rebat
d’enténẹ toustém la musico dou co


Per Tu,
l’existénço 
las mâs pléas de terrò


Entà Tu,
la mîo lénco
que la nuéit ne-t caï pas jamèy dessùs !

Lou Petìt Ausèth

Ton Nom

Volriái pas pus
mancar 
una primalba, 
un treslús


Volriái totjorn
èstre de pè
per agachar
la ronda 
de la tèrra


e totjorn
d’estèla en estèla
escriure las letras de ton nom…

Lou Petìt Ausèth

L’Oumpre e la Luts

« Que souï l’oumpre e la luts
aquét sourisẹ trìstẹ sus l’espalle toûa ;
que souï û die de plouje
e belhèu lou sourélh que s’estuje…

Que souï l’oumpre e la luts
l’òmi fatigat d’û biàdjẹ tan gran ;
que souï la soûa mâ
e per segù, û camî d’esperénço

Que souï Toûa entà ne pas desbrumbà
aquét batèu que-s’en ba
per las tourméntes de la Ma
à toucà û gn’aoùtẹ port d’ancràdjẹ…

Ne boùli pas pus està abandounade
en demouran per la toûa luts
e sentì lou frét dou bén qui passe, s’ou mé bisàdjẹ 
lou brut de la puerte que-s barre.

L’Amoù qu’éy coum û die de plouje
e ùo néyt d’esperénço
ço que demoure, que demoure
entà toustém lou noùstẹ repèrẹ

Chéns tournà p’ou coustat
de l’àrbrẹ mourt, l’an passat,
que j’a sentiméns qui-n seran pas,
pas jaméy remplaçats…

Alabéts dèche aquéro Pouesio
per la Glèyso amourtì-s
e belhèu doumâ,
que-m seras pourtat per lou bén… »

Lou Petìt Ausèth – Lou 28 de Abriu de 2019 à 13h52

La Rose

Quoan la planéto Saturne estou per fî besiblẹ, lou petìt dròllẹ, dap l’ajudo d’ùo estélo, que-s pujè dincqu’à era. Que hasèwa frét e tout que parechèwa desertat. Lou cratèr qu’ère imménço sus la soûa surfàço.

Lou petìt dròllẹ que-s’aprouchè : que j’awèwa, endeguéns, ùo bole de huéc. Lou Petìt que debarè e que prengou lou huéc deguéns las soûas mâs. Que bouhè dessùs. Alabéts, lous nuàdjẹs p’ou cèu, tout d’escòp, que desparescoun e demourè, éntrẹ soûs dits, ùo rose roùdjẹ… tant roùdjẹ qu’embuglawa lous oéhls :

« Cad’ùo de las mîos hoélhos, que-t dounara û rèbẹ, ùo esperénço… »

Més lou Petìt qu’a respounut à la Rose :

« Noû pas jaméy n’esquissarèy ùo de las toûas hoèlhos… sustout entà ùo illusioû umâne… Qu’ès pus beroje que lou Cèu e la Terrò reünits e que t’Aïmì ! »

Lou Petìt Ausèth

Qual l’auriá dich ?

Qual l’auriá dich ?

d’aquela nena
que tornava de l’escòla
e se jasiá dins tos braces
per vespertinar

Qual l’auriá dich

d’aquel cartable gastat
e dels libres plegats,
descantonats, mal ordenats
dins lo còr ?

Qual l’auriá dich 

d’aquestes sovenirs 
vivents
que seràs encara 
una Maire,
un recès per l’enfància ?

Lo Temps passat s’a fach bèl ;
es aicí, 
es lo tieu,
es lo nòstre,

e penchenas encara mos cabels de nena,
aqueste matin, davant lo grand miralh clar,
ont ès Tu ?

Pensi a Tu

Qui l’aurait dit ?

de cette petite fille
qui rentrait de l’école
et s’étendait dans tes bras
pour goûter

Qui l’aurait dit

de ce cartable abîmé
et de ces livres pliés,
cornés, mal rangés
dans le cœur ?

Qui l’aurait dit 

de ces souvenirs 
vivants
que tu serais demeurée 
une Mère,
un abri pour l’enfance ?

Ce Temps passé à nous voir grandir,
il est là, 
il est à Toi,
à Nous,

et tu coiffes encore mes cheveux d’enfant,
ce matin, devant ce grand miroir blanc,
où es-tu ?

Je pense à Toi…


Lou Petit Ausèth Per Maryse

Die Welt schweigt

Die Welt schweigt
und steht still
in deinen Augen

der Weg ist schön verschneit
dein Haus ist weit
hab keinen Kummer

Lass dich erbarmen
vom Wind,
er trägt die Wahrheit
und das Licht ;
Tag und Nacht
und manchmal
bleibt er bei dir

Ruhest du jetzt
in seinen Händen
zu spät bist du nicht ;

Leben ist Freiheit
in Bäume geschrieben

Lou Petìt Ausèth Für Helènli

Car Pouète, Cher Poète,

voici un premier pas aujourd’hui, à nouveau, incertain, vers l’inconnu de ma Vie. Je sais à présent, grâce à l’écriture, que le Temps n’existe pas. L’être en est chaque jalonnement, du plus bas, du plus lointain, jusqu’au plus haut, au plus incertain. 

Qu’at sèy adare ; n’exìsti pas bertadèramén. Que saunéji d’ùo Lénco liberàblẹ dou téms qui s’embrume ; d’ùo Lénco dibîno, prèsquẹ imperceptìblẹ, hèyto de hum ; d’ùo Lénco mîo, que seré bajudo chéns frountièros…

Je rêve d’une Parole moins soumise à l’Esprit et aux prismes des réalités. Je rêve d’une marche cadencée découvrant le mutisme de cette douleur lancinante qui vit et gît, tour à tour, en moi. 

De nèu e de bén, lou téms qui passe s’ou Terrò ; en douttance lous camîs ; e de soulitude las mountagnos dou Pouètẹ.

Je suis dans le désert des mots. Une infinie solitude, une neige épaisse et froide, recouvre depuis plusieurs années mon chemin. J’ai conscience de n’être d’aucune individualité. Mon effondrement intérieur est lui-même la reproduction d’un drame éternel qui suit le décours des siècles. 

E ataou… dans la Conscience des Déchirures et de la Véracité de l’Écriture ; j’ose encore espérer que le Temps sera d’une persévérance souveraine. Et je marche, d’un pas lent, vers cette rive jamais atteinte en moi. 

Mes pensées décharnées m’entraînent sans cesse vers un fourvoiement, un abîme de solitudes déconstruit et aussitôt reconstruit. Les mots sont trop forts ou trop suaves. L’Autre m’enseigne bien plus que ce que je ne saurai jamais m’apprendre.

Coum pouderèy escrìwẹ ? Cado lètro que-bs embìi que-s desfile héns lou frét de las mîas mâ. Que bouleri rencountrà lou boùstẹ silencî, aquéth silencî biélh de mil ans…

Chaque lettre que je vous écris se défile sous mes doigts : je n’atteins à rien. S’il fût seulement possible d’élancer ce silence, vieux de dix ans, vers le grand jour ! 

Més toutû cette injonction intime, ce que je veux dire, demeure dans la boue des souvenirs. Je ne relève rien de la Terre, elle demeure mon miroir, une flaque d’eau où je puise la force de vivre en pleurant entre ses mains.

Apprendre à retrouver pour ne plus perdre ? Si seulement vous glissiez en mon âme, un mot de Vous, Cher Poète, pour celles et ceux qui savent que l’on atteint jamais mais que tout, tout est (encore et toujours) à recommencer…

Lou Petìt Ausèth