Innoucén

J’ai retrouvé la paix de mes paysages
L’instant endormi sur la montagne
J’ai retrouvé ce qui danse, dîne et dort
Dans la paisible insolence du temps qui passe

J’ai retrouvé ma vie celle que j’avais laissée
Maladroite, posée sur le rebord d’une table
Au fond d’une pièce sans tapisserie

J’ai retrouvé celle que j’étais un peu transie

par la tourrade du matin
Dans un sourélh de neige

J’ai retrouvé mes mots, ma vie
Et le temps qui passe
Innoucén, maouadrét
P’ou mé coustat
Embesìblẹ

Lou Petìt Ausèth

O tòrni veire

O tòrni veire
lo jorn ensolelhat
davalar sus Sent Pèire la Mar

O tòrni veire
lo matin de l’enfança,
lo temps innocent

O  tòrni veire
lo desir tan grand
e l’espèr tan pichòt
sus lo bresilhar de l’aiga

O tòrni veire !

tan luminós encara 
qu’esquiça uèi mon còr
e lo blau del cèl ! 

l’Aucelet

Cado Maïtî

Cado maïtî que benguèwi depausà û poutoû sus lou toû coth, sus la toûa pèt, cado maïtî, que pregàwi lou cèu entà ne pas passà pér las brumes dous toûs soubenîs, e que t’aïmawì, que t’aïmawì toustém pus hort, coum lou prumè bèrs d’ùo pouesio qui ne tarde pas à bénguẹ més que flouréch pér la paciénço de la soûa rose.

Lou Petìt Ausèth

Dins lo silenci

La miá poësia n’èra pas que vent
e luses damoçadas
pel mond

Corriái sens secors
per la campanha
en oblidant ta votz

Dins lo blau de la nuèch
Oblidavi ton nom,
ton visatge
Oblidavi lo nòstre Amor
que cridava a ton costat
a n’en rompre la tèrra

Oblidavi dusca mon nom,
ma familha, mon luòc de naissença
dins lo silenci dels jorns dau mond
caminavi sens bruch e sens doman

abandonada, bensai, de Dieu

L’Aucelet

Bigorrò

Que-t’ès carade Bigorrò
e lou toû bisàdjẹ

Que-t’ès carade Bigorrò
p’ou co de las hemnos en soufrénço
e p’ous camîs dou Cèu cado maïtî
chéns béth téms
e chéns sourélh entà l’amne

Que serem Parpalhoûs

Parpalhoûs entà està bìus ;

Parpalhoûs

– entà està bìus –

Lou Petìt Ausèth, Escaladiu

Lo tralh brun

Subervivèm
au miei de la claror
deu gave
au matin

Subervivèm
en quauque endreit
en imatges d’arbes
per las cledas deu desbromb

Subervivèm en cants ;
en prats es.hlorits e parets de ròsas ;

Subervivèm
dens lo vent d’abriu 
e lo briu de l’aiga

morent

Subervivèm
nosautes
tostemps

lentament e

,silenciós, 

dens : 

l’Aimar.

Lou Petìt Ausèth

Aicí, ont tot torna començar

Lo silenci
pus 
jamai.

Retrobar
l’espèr
d’un fuòc
de per abans 
alucat ;

Tustar
à la pòrta
dels sovenirs,
anuèch,
doman,
un autre 
jorn…

I a pas
de sòmi
pus pur,
pus bèl,
que lo sòmi
de l’alba. 

Ven,
atend pas pus
per partir
non luènh d’aquí.

E ara,
estar
ont
tot 
torna 
començar. 

Là où tout recommence

Le silence
plus 
jamais.

Retrouver
l’espoir
d’un feu
allumé
des années
auparavant ;

Frapper 
à la porte
des souvenirs,
ce soir,
demain,
un autre 
jour…

Il n’est 
de rêve
plus pur,
plus grand,
que celui
de l’aube.

Viens,
n’attend plus.

Partir
non loin d’ici.

Maintenant,
être là,
là où
tout 
recommence. 

L’Aucelet

« Ìmnẹ tà la Lénco e la Culturo Bigourdanes »

Bìwẹ 

Qu’éy de bìwẹ lou proublèmẹ,
qu’éy de bìwẹ chéns ta bouts
e chéns toûs oélhs
p’ous desèrs que rencoùntri, 
e de soufrì, 
per la toûa Terrò
boeytado dous soûs dròllẹs.

Qu’éy de bìwẹ lou proublèmẹ ; 
en besén la toûa mâ que-s disténçe
e d’existà deguéns las escolos
que caren la toûa musico…

Qu’éy de soufrì lou proublèmẹ, 
deguéns l’insoulénço dous dies de la toûa absénço
e de-n’en pèrdẹ l’alén, la rasoû.

E de s’en anà toustém p’ou louye de tu,
Ma Lénco, Ma Bigorrò,
en las bènos qui-n counecheran pas pus jaméy lou toû noùm.

Ò quoàn que soufréchi à trauès de Tu !

E que-m mouréchi cado die drin méy
de l’endiferénço de l’istoèro e dous òmis 
qui-n sàbẹn pas, 
qu’en dawàn de la mîo bito
ne soulelhe sounque


LA TOÛA EXISTÉNÇO

« Hymne à la Langue et à la Culture Gasconnes »

Vivre 

C’est de vivre qui me pose problème
sans Ta voix
et sans ton regard ;
c’est ta Terre
vide de ses enfants
et la rumeur du vent
sur un désert de sable blanc.

C’est vivre qui me pose problème
dans ces écoles où ton chant s’est tu
et dans mes rêves, cette main que tu me tends
et que je ne puis plus saisir.

C’est de continuer à vivre le problème,
c’est d’être dans l’insolence des jours de ton absence
et d’en perdre le souffle, la raison.

C’est de vivre loin de Toi, 
Ma Langue,
Ma Terre Bigourdane,
dans ces veines qui ne connaîtront plus jamais ton nom.

C’est de souffrir à travers Toi
et de mourir un peu plus, dans le silence de chaque jour,
de l’indifférence de l’histoire et des hommes
quant à ton existence, 
et ton domaine,
si grand
étendu sur 


MA VIE.

Lou Petìt Ausèth

Tolosa

Coma non creire l’existéncia quora lo solelh s’estend sus la Nòstra Tèrra d’Òc ?
Ò Tu per la qual sospiràvem e que nos aculhís, uèi, tant doça entre tos braces cargats de solelh, de sal, d’esposques e de promessas ! 


Tornarai – disiás e ieu, t’atendiái… 

______


Comment ne pas croire à la vie lorsque le soleil doucement caresse notre Terre Occitane ?
Ô celle pour qui tant nous soupirions et qui aujourd’hui nous accueille avec tant de tendresse entre ses bras trahis de soleil et de sel, d’embruns et de promesses !


« Je reviendrai » tu disais et moi, moi je t’attendais…

 

L’Aucelet, Tolosa, 17/06/19