Û die d’Estiu…

Que-m’éy mourt lou co

Que-m’éy mourt lou co
û die d’Estiu

Que-m’éy mourt lou co deguéns lou toû partì
Que-m’éy mourt lou co
tan simplamén
coum la flou de noubémbrẹ
dèche plaço à û gn’aoùtẹ sasoû
que-m’éy mourt lou co 

Que-m’éy mourt lou co
coum la darrèro luts de l’estélo cajénto

Que-m’éy mourt lou co
qu’a amourtit las galaxios
e la luts dous més ouélhs

Que-m’éy mourt lou co
û die d’Estiu

û die de sourélh pertàn
chéns frét e chéns Iwèr aoùtẹ
qu’aquéth qu’anawa
d’are en ça,
(entà jou)
coumençà.

Lou Petìt Ausèth

Innoucén

J’ai retrouvé la paix de mes paysages
L’instant endormi sur la montagne
J’ai retrouvé ce qui danse, dîne et dort
Dans la paisible insolence du temps qui passe

J’ai retrouvé ma vie celle que j’avais laissée
Maladroite, posée sur le rebord d’une table
Au fond d’une pièce sans tapisserie

J’ai retrouvé celle que j’étais un peu transie

par la tourrade du matin
Dans un sourélh de neige

J’ai retrouvé mes mots, ma vie
Et le temps qui passe
Innoucén, maouadrét
P’ou mé coustat
Embesìblẹ

Lou Petìt Ausèth

Cado Maïtî

Cado maïtî que benguèwi depausà û poutoû sus lou toû coth, sus la toûa pèt, cado maïtî, que pregàwi lou cèu entà ne pas passà pér las brumes dous toûs soubenîs, e que t’aïmawì, que t’aïmawì toustém pus hort, coum lou prumè bèrs d’ùo pouesio qui ne tarde pas à bénguẹ més que flouréch pér la paciénço de la soûa rose.

Lou Petìt Ausèth

Bigorrò

Que-t’ès carade Bigorrò
e lou toû bisàdjẹ

Que-t’ès carade Bigorrò
p’ou co de las hemnos en soufrénço
e p’ous camîs dou Cèu cado maïtî
chéns béth téms
e chéns sourélh entà l’amne

Que serem Parpalhoûs

Parpalhoûs entà està bìus ;

Parpalhoûs

– entà està bìus –

Lou Petìt Ausèth, Escaladiu

« Ìmnẹ tà la Lénco e la Culturo Bigourdanes »

Bìwẹ 

Qu’éy de bìwẹ lou proublèmẹ,
qu’éy de bìwẹ chéns ta bouts
e chéns toûs oélhs
p’ous desèrs que rencoùntri, 
e de soufrì, 
per la toûa Terrò
boeytado dous soûs dròllẹs.

Qu’éy de bìwẹ lou proublèmẹ ; 
en besén la toûa mâ que-s disténçe
e d’existà deguéns las escolos
que caren la toûa musico…

Qu’éy de soufrì lou proublèmẹ, 
deguéns l’insoulénço dous dies de la toûa absénço
e de-n’en pèrdẹ l’alén, la rasoû.

E de s’en anà toustém p’ou louye de tu,
Ma Lénco, Ma Bigorrò,
en las bènos qui-n counecheran pas pus jaméy lou toû noùm.

Ò quoàn que soufréchi à trauès de Tu !

E que-m mouréchi cado die drin méy
de l’endiferénço de l’istoèro e dous òmis 
qui-n sàbẹn pas, 
qu’en dawàn de la mîo bito
ne soulelhe sounque


LA TOÛA EXISTÉNÇO

« Hymne à la Langue et à la Culture Gasconnes »

Vivre 

C’est de vivre qui me pose problème
sans Ta voix
et sans ton regard ;
c’est ta Terre
vide de ses enfants
et la rumeur du vent
sur un désert de sable blanc.

C’est vivre qui me pose problème
dans ces écoles où ton chant s’est tu
et dans mes rêves, cette main que tu me tends
et que je ne puis plus saisir.

C’est de continuer à vivre le problème,
c’est d’être dans l’insolence des jours de ton absence
et d’en perdre le souffle, la raison.

C’est de vivre loin de Toi, 
Ma Langue,
Ma Terre Bigourdane,
dans ces veines qui ne connaîtront plus jamais ton nom.

C’est de souffrir à travers Toi
et de mourir un peu plus, dans le silence de chaque jour,
de l’indifférence de l’histoire et des hommes
quant à ton existence, 
et ton domaine,
si grand
étendu sur 


MA VIE.

Lou Petìt Ausèth

Hilho de Païsâ

Là, deguéns aquéro maïsoû
Ancrat p’ou boy de l’armoèro
Lou bisàdjẹ d’ùo hemno
Plé de bertàt e de douçoû

Las soûas mâs d’esperénço
Qu’an tournat semià per lou prat
flous de l’infànço e lou blat,
qui sap dou téms, la sapiénço

Beautàt de la praubetàt
Û sé d’Estiu à toû coustat
Beroy arrìu dou mé parsâ,

Douçamén te poudé cantà
Que-m remémbri toustém d’està
Hemno, Hilho de Païsâ !

Lou Petìt Ausèth, Labatut-Ribièro, Jugn de 2019

ENTÀ TU

Entà Tu,
moun bilàdjẹ
e la douçoù dou téms qui passe


Per Tu,
moun enfanço
berçade entrẹ l’Aoudé e la Bigorro


Entà Tu,
lou drollẹ qu’a grandit
en lous prats flourits d’Ouccitanio


Per Tu,
l’Enfàn-Pouètẹ 
bajut jous û céu d’éstelos


Entà Tu,
la Hemno qu’a rebat
d’enténẹ toustém la musico dou co


Per Tu,
l’existénço 
las mâs pléas de terrò


Entà Tu,
la mîo lénco
que la nuéit ne-t caï pas jamèy dessùs !

Lou Petìt Ausèth

L’Oumpre e la Luts

« Que souï l’oumpre e la luts
aquét sourisẹ trìstẹ sus l’espalle toûa ;
que souï û die de plouje
e belhèu lou sourélh que s’estuje…

Que souï l’oumpre e la luts
l’òmi fatigat d’û biàdjẹ tan gran ;
que souï la soûa mâ
e per segù, û camî d’esperénço

Que souï Toûa entà ne pas desbrumbà
aquét batèu que-s’en ba
per las tourméntes de la Ma
à toucà û gn’aoùtẹ port d’ancràdjẹ…

Ne boùli pas pus està abandounade
en demouran per la toûa luts
e sentì lou frét dou bén qui passe, s’ou mé bisàdjẹ 
lou brut de la puerte que-s barre.

L’Amoù qu’éy coum û die de plouje
e ùo néyt d’esperénço
ço que demoure, que demoure
entà toustém lou noùstẹ repèrẹ

Chéns tournà p’ou coustat
de l’àrbrẹ mourt, l’an passat,
que j’a sentiméns qui-n seran pas,
pas jaméy remplaçats…

Alabéts dèche aquéro Pouesio
per la Glèyso amourtì-s
e belhèu doumâ,
que-m seras pourtat per lou bén… »

Lou Petìt Ausèth – Lou 28 de Abriu de 2019 à 13h52

La Nèyt 

E que-m desbélhi la nèyt
entà t’espià droumì

e sentì
lou toun co bàtẹ
en moun pétch

Que toùrni abrassà
la nèyt
à l’encountro
dous tous oéhls
adroumits
de silencî
e d’esperénço

N’arrèsti pas lou Téms
ni la bito-batanto
N’arrèsti pas lou qui ne bòlẹn 
pas més aïmà

Qu’arrèsti soulamén ta mâ,
ta mâ s’ou moun co batén
e la toa espiade 
éntrẹ lous més dits
entà ne pas te pèrdẹ
e signà, 

la Nèyt 

 Lou Petìt Ausèth   Bigorrò