Hilho de Païsâ

Là, deguéns aquéro maïsoû
Ancrat p’ou boy de l’armoèro
Lou bisàdjẹ d’ùo hemno
Plé de bertàt e de douçoû

Las soûas mâs d’esperénço
Qu’an tournat semià per lou prat
flous de l’infànço e lou blat,
qui sap dou téms, la sapiénço

Beautàt de la praubetàt
Û sé d’Estiu à toû coustat
Beroy arrìu dou mé parsâ,

Douçamén te poudé cantà
Que-m remémbri toustém d’està
Hemno, Hilho de Païsâ !

Lou Petìt Ausèth, Labatut-Ribièro, Jugn de 2019

ENTÀ TU

Entà Tu,
moun bilàdjẹ
e la douçoù dou téms qui passe


Per Tu,
moun enfanço
berçade entrẹ l’Aoudé e la Bigorro


Entà Tu,
lou drollẹ qu’a grandit
en lous prats flourits d’Ouccitanio


Per Tu,
l’Enfàn-Pouètẹ 
bajut jous û céu d’éstelos


Entà Tu,
la Hemno qu’a rebat
d’enténẹ toustém la musico dou co


Per Tu,
l’existénço 
las mâs pléas de terrò


Entà Tu,
la mîo lénco
que la nuéit ne-t caï pas jamèy dessùs !

Lou Petìt Ausèth

L’Oumpre e la Luts

« Que souï l’oumpre e la luts
aquét sourisẹ trìstẹ sus l’espalle toûa ;
que souï û die de plouje
e belhèu lou sourélh que s’estuje…

Que souï l’oumpre e la luts
l’òmi fatigat d’û biàdjẹ tan gran ;
que souï la soûa mâ
e per segù, û camî d’esperénço

Que souï Toûa entà ne pas desbrumbà
aquét batèu que-s’en ba
per las tourméntes de la Ma
à toucà û gn’aoùtẹ port d’ancràdjẹ…

Ne boùli pas pus està abandounade
en demouran per la toûa luts
e sentì lou frét dou bén qui passe, s’ou mé bisàdjẹ 
lou brut de la puerte que-s barre.

L’Amoù qu’éy coum û die de plouje
e ùo néyt d’esperénço
ço que demoure, que demoure
entà toustém lou noùstẹ repèrẹ

Chéns tournà p’ou coustat
de l’àrbrẹ mourt, l’an passat,
que j’a sentiméns qui-n seran pas,
pas jaméy remplaçats…

Alabéts dèche aquéro Pouesio
per la Glèyso amourtì-s
e belhèu doumâ,
que-m seras pourtat per lou bén… »

Lou Petìt Ausèth – Lou 28 de Abriu de 2019 à 13h52

La Nèyt 

E que-m desbélhi la nèyt
entà t’espià droumì

e sentì
lou toun co bàtẹ
en moun pétch

Que toùrni abrassà
la nèyt
à l’encountro
dous tous oéhls
adroumits
de silencî
e d’esperénço

N’arrèsti pas lou Téms
ni la bito-batanto
N’arrèsti pas lou qui ne bòlẹn 
pas més aïmà

Qu’arrèsti soulamén ta mâ,
ta mâ s’ou moun co batén
e la toa espiade 
éntrẹ lous més dits
entà ne pas te pèrdẹ
e signà, 

la Nèyt 

 Lou Petìt Ausèth   Bigorrò

 

 

Toustém Etèrnẹ

Que t’èy pensade
toustém etèrnẹ 

E en tournan dous mes biàdjẹs
que pensàwi de-t rencountrà
assetude
en dawan de la maïsoû,
dap lou toun capèu
de palho !

Que t’èy pensade
toustém etèrnẹ

Joenéço e presoû
dou presén

Més en tournan
à la maïsoû, en las
mîas pensades,
que sentéchi lou buèit
à jamès, irremplaçablẹ…

 

Lou Petìt Ausèth   Tà lous noùstẹs Grans e Lascasèras

 

En silencî

Que benguera lèu l’Aoutouno
e las hoélhos dou passat
encoumbrà lous camîs

Que benguera lhèu lou sourélh
e moun enfanço
à cantà per Tu

E las branques dous àrbẹs 
esflouràn l’aygue
de la ribièro
pouderan tremoulì
en silencî
s’ou lou co dou maïtî

Aquìou de d’ore,
n’i a pas digûs
e més tard, ne seran que pas perduts…

 

Lou Petìt Ausèth  Louye de tout

 

E doumâ…

E doumâ…

Que-ns ba demourà se t’en tournes pas ? 

û doumâ chéns sourélh
ùo ayère en sus de la pèyre
ùo sasoû que desbrumbe las flous

Que demourera à lous noùstẹs drollẹs se ta bouts ne sìẹ pas més aquìu ? 
Dap qui mescleram lou noùstẹ chagrî ?

Dap la terrò be-lhèu,
dap aquére que t’a balhat la toûa bita e qui, ouèy,
t’agloutì en lou soû siléncî

Qu’ès partida û die d’iwer
e la noùstẹ lénco qu’a frèt 
que la cantém enquëro en l’Abadie de l’Escaladiu :

e de Diu à la terrò
ùo plouje de luts
que caï éntrẹ las mâs…

À la mîo Gran-Maï e à la Noùstẹ Lénco,

LouPetìtAusèth Las Cazères

 

Biadjà

Si lou téms que-b empache d’està bous
Si l’argén que-b encrampe en la praubetàt
Si l’amoù que desàbie lou bòustẹ destî
Si lous lìbẹs que demouren barrats ;

Si lous oélhs n’an pas bist,
desempùch loungtéms,
la beautàt d’aoùtẹs architecturos e d’aoùtẹs païsàdgẹs
Si la joués e lou chagrî qu’an frountèros
enlòc l’espoèr aoùn tournà bàjẹ
Si ço que-b an aufèrt ne suféch pas éntrẹ las mâs
Si lou bòustẹ co que bòu û alhurs
qu’éy téms, qu’at crési, de biadjà ;

d’amassà tistes de cerises e de blat
de demourà aou coustat de la Ma Grane e d’aténdẹ lou sourélh
dinque balhe lous soûs segréts à las lutz dou cèu

Qu’éy téms de bendemià las sasoûs,
de coumparà la clamade de l’aygue
e lou majestuoùs siléncî de las mountagnos ;
de coélhẹ l’umilitàt dou moùndẹ animàu e dou boy
d’acoumpagnà û câ s’ous camîs d’erranço

e de tournà, û die, à la maïsoû
dap més forço e tan à dounà
que l’espàci creat en bous
jàmes, ne-s poudera esgoutà

4 Mars 2018 |  Lou Petìt Ausèth

 

Voyager

 

Si le temps vous empêche d’être à vous
Si l’argent vous enferme en son cycle de pauvreté
Si l’amour désoriente votre destinée
Si vos lectures demeurent ajournées ;

Si vos regards n’ont pas vu,
depuis longtemps, 
la beauté d’autres architectures et d’autres paysages
Si vos joies et vos tristesses sont confinées
sans lieu d’espoir où renaître
Si ce que l’on vous a offert ne suffit pas entre vos mains
Si votre cœur réclame un ailleurs
il est temps, je crois, de voyager ;

de remplir vos paniers de cerises et de blé
de demeurer au bord d’un océan en attendant que le soleil
vous livre ses secrets sur l’horizon des lumières

Il est temps de vendanger les saisons,
de comparer la clameur des flots
et le silence majestueux des montagnes ;
de récolter l’humilité du monde animal et des forêts
d’accompagner un chien sur un chemin d’errance

et de revenir, un jour, auprès des vôtres
plus fort et avec tant à donner
que l’espace infini créé en vous
jamais, ne saura être épuisé

 

 

Que soufréchẹs…

Ô quoant que soufréchẹs 
dous païsàdgẹs,
dou bosc de la lane
de la Ma Grane,
de las mountagnos Pirenées
que demoureran après la toûa despartide.

Ô quoant que soufréchẹs didjà
de ne pas jamey lous tournà bésẹ
ni sentì lou perhùm
ou caminà à pés desnudats
s’ou la pèyre ou le sàblẹ…

 

  Lou Petìt Ausèth    Bigòrro