Aicí, ont tot torna començar

Lo silenci
pus 
jamai.

Retrobar
l’espèr
d’un fuòc
de per abans 
alucat ;

Tustar
à la pòrta
dels sovenirs,
anuèch,
doman,
un autre 
jorn…

I a pas
de sòmi
pus pur,
pus bèl,
que lo sòmi
de l’alba. 

Ven,
atend pas pus
per partir
non luènh d’aquí.

E ara,
estar
ont
tot 
torna 
començar. 

Là où tout recommence

Le silence
plus 
jamais.

Retrouver
l’espoir
d’un feu
allumé
des années
auparavant ;

Frapper 
à la porte
des souvenirs,
ce soir,
demain,
un autre 
jour…

Il n’est 
de rêve
plus pur,
plus grand,
que celui
de l’aube.

Viens,
n’attend plus.

Partir
non loin d’ici.

Maintenant,
être là,
là où
tout 
recommence. 

L’Aucelet

« Ìmnẹ tà la Lénco e la Culturo Bigourdanes »

Bìwẹ 

Qu’éy de bìwẹ lou proublèmẹ,
qu’éy de bìwẹ chéns ta bouts
e chéns toûs oélhs
p’ous desèrs que rencoùntri, 
e de soufrì, 
per la toûa Terrò
boeytado dous soûs dròllẹs.

Qu’éy de bìwẹ lou proublèmẹ ; 
en besén la toûa mâ que-s disténçe
e d’existà deguéns las escolos
que caren la toûa musico…

Qu’éy de soufrì lou proublèmẹ, 
deguéns l’insoulénço dous dies de la toûa absénço
e de-n’en pèrdẹ l’alén, la rasoû.

E de s’en anà toustém p’ou louye de tu,
Ma Lénco, Ma Bigorrò,
en las bènos qui-n counecheran pas pus jaméy lou toû noùm.

Ò quoàn que soufréchi à trauès de Tu !

E que-m mouréchi cado die drin méy
de l’endiferénço de l’istoèro e dous òmis 
qui-n sàbẹn pas, 
qu’en dawàn de la mîo bito
ne soulelhe sounque


LA TOÛA EXISTÉNÇO

« Hymne à la Langue et à la Culture Gasconnes »

Vivre 

C’est de vivre qui me pose problème
sans Ta voix
et sans ton regard ;
c’est ta Terre
vide de ses enfants
et la rumeur du vent
sur un désert de sable blanc.

C’est vivre qui me pose problème
dans ces écoles où ton chant s’est tu
et dans mes rêves, cette main que tu me tends
et que je ne puis plus saisir.

C’est de continuer à vivre le problème,
c’est d’être dans l’insolence des jours de ton absence
et d’en perdre le souffle, la raison.

C’est de vivre loin de Toi, 
Ma Langue,
Ma Terre Bigourdane,
dans ces veines qui ne connaîtront plus jamais ton nom.

C’est de souffrir à travers Toi
et de mourir un peu plus, dans le silence de chaque jour,
de l’indifférence de l’histoire et des hommes
quant à ton existence, 
et ton domaine,
si grand
étendu sur 


MA VIE.

Lou Petìt Ausèth

Tolosa

Coma non creire l’existéncia quora lo solelh s’estend sus la Nòstra Tèrra d’Òc ?
Ò Tu per la qual sospiràvem e que nos aculhís, uèi, tant doça entre tos braces cargats de solelh, de sal, d’esposques e de promessas ! 


Tornarai – disiás e ieu, t’atendiái… 

______


Comment ne pas croire à la vie lorsque le soleil doucement caresse notre Terre Occitane ?
Ô celle pour qui tant nous soupirions et qui aujourd’hui nous accueille avec tant de tendresse entre ses bras trahis de soleil et de sel, d’embruns et de promesses !


« Je reviendrai » tu disais et moi, moi je t’attendais…

 

L’Aucelet, Tolosa, 17/06/19

Qual l’auriá dich ?

Qual l’auriá dich ?

d’aquela nena
que tornava de l’escòla
e se jasiá dins tos braces
per vespertinar

Qual l’auriá dich

d’aquel cartable gastat
e dels libres plegats,
descantonats, mal ordenats
dins lo còr ?

Qual l’auriá dich 

d’aquestes sovenirs 
vivents
que seràs encara 
una Maire,
un recès per l’enfància ?

Lo Temps passat s’a fach bèl ;
es aicí, 
es lo tieu,
es lo nòstre,

e penchenas encara mos cabels de nena,
aqueste matin, davant lo grand miralh clar,
ont ès Tu ?

Pensi a Tu

Qui l’aurait dit ?

de cette petite fille
qui rentrait de l’école
et s’étendait dans tes bras
pour goûter

Qui l’aurait dit

de ce cartable abîmé
et de ces livres pliés,
cornés, mal rangés
dans le cœur ?

Qui l’aurait dit 

de ces souvenirs 
vivants
que tu serais demeurée 
une Mère,
un abri pour l’enfance ?

Ce Temps passé à nous voir grandir,
il est là, 
il est à Toi,
à Nous,

et tu coiffes encore mes cheveux d’enfant,
ce matin, devant ce grand miroir blanc,
où es-tu ?

Je pense à Toi…


Lou Petit Ausèth Per Maryse

Balhe-m Ô Segnoù

Balhe-m Ô Segnoù,
aquéstẹ sé,
quauqu’arré qui ne-s mouréch pas

û neàn, ùo meloudie
ùo flou
û béyrẹ de bî
ùo aparénço ou û arredàlh

Balhe-m ùo espiade
ou ùo rasoû
û elemén fluìdẹ 
û nabìro cargat d’oundes

Balhe-m lou soû soubenì
lou qui à bètcop m’a restacade à la Terrò
e lou soû prenoùm

Balhe-m û mout,
û apatsamén
lou blat que cabélhe 
aou bén…

Lou Petìt Ausèth Labatut-Ribièro

Donne-moi Ô Seigneur,
ce soir,
quelque chose qui ne meurt pas

un rien, une mélodie
une fleur
un verre de vin
une apparence ou un regain

Donne-moi un regard
ou une raison
un élément fluctuant
un bateau ivre de vagues

Donne-moi son souvenir
qui tant de fois a su m’attacher à la Terre
et son prénom

Donne-moi un mot,
un apaisement
un épi de blé
dans le vent…

 

Alban

Que sera toustém û aoùtẹ die
adare

la lutz dous anjẹs
qu’a rescountrat
tous bras
e deguén lou té co
que j’awera lou mé
per la bite-bibante 

Que sera toustém û aoùtẹ die
tà nousaùtẹs
en pr’amoù
que-t belharèy
e que crecherèy
de la toûa bajude…

Lou Petìt Ausèth   16 Setémẹ  2018, 10h05

 

J’ai l’impression que ce sera toujours 
un autre jour 
désormais

que la lumière des anges
est descendue
jusque dans mes bras
et que dans ton cœur 
il y a le mien

Ce sera toujours
un autre jour à présent
puisque je veillerai
sur tes pas
et que ma vie
grandira
de t’avoir vu naître…

 

Alban, 13 septembre 2018, 17h05 – Première Lumière

 

 

Rainer Maria Rilke

Tout que paréch càlmẹ
e à l’imatge de la soûa darrèra espiade
coum si la soûa absénço que demourawa là
embesìblẹ presénço…

Tout semble si paisible
Et tenu à son dernier regard
Comme si son absence demeurait là
Invisible présence…

 

Lou Petìt Ausèth   Valais

 

Biadjà

Si lou téms que-b empache d’està bous
Si l’argén que-b encrampe en la praubetàt
Si l’amoù que desàbie lou bòustẹ destî
Si lous lìbẹs que demouren barrats ;

Si lous oélhs n’an pas bist,
desempùch loungtéms,
la beautàt d’aoùtẹs architecturos e d’aoùtẹs païsàdgẹs
Si la joués e lou chagrî qu’an frountèros
enlòc l’espoèr aoùn tournà bàjẹ
Si ço que-b an aufèrt ne suféch pas éntrẹ las mâs
Si lou bòustẹ co que bòu û alhurs
qu’éy téms, qu’at crési, de biadjà ;

d’amassà tistes de cerises e de blat
de demourà aou coustat de la Ma Grane e d’aténdẹ lou sourélh
dinque balhe lous soûs segréts à las lutz dou cèu

Qu’éy téms de bendemià las sasoûs,
de coumparà la clamade de l’aygue
e lou majestuoùs siléncî de las mountagnos ;
de coélhẹ l’umilitàt dou moùndẹ animàu e dou boy
d’acoumpagnà û câ s’ous camîs d’erranço

e de tournà, û die, à la maïsoû
dap més forço e tan à dounà
que l’espàci creat en bous
jàmes, ne-s poudera esgoutà

4 Mars 2018 |  Lou Petìt Ausèth

 

Voyager

 

Si le temps vous empêche d’être à vous
Si l’argent vous enferme en son cycle de pauvreté
Si l’amour désoriente votre destinée
Si vos lectures demeurent ajournées ;

Si vos regards n’ont pas vu,
depuis longtemps, 
la beauté d’autres architectures et d’autres paysages
Si vos joies et vos tristesses sont confinées
sans lieu d’espoir où renaître
Si ce que l’on vous a offert ne suffit pas entre vos mains
Si votre cœur réclame un ailleurs
il est temps, je crois, de voyager ;

de remplir vos paniers de cerises et de blé
de demeurer au bord d’un océan en attendant que le soleil
vous livre ses secrets sur l’horizon des lumières

Il est temps de vendanger les saisons,
de comparer la clameur des flots
et le silence majestueux des montagnes ;
de récolter l’humilité du monde animal et des forêts
d’accompagner un chien sur un chemin d’errance

et de revenir, un jour, auprès des vôtres
plus fort et avec tant à donner
que l’espace infini créé en vous
jamais, ne saura être épuisé