ENTÀ TU

Entà Tu,
moun bilàdjẹ
e la douçoù dou téms qui passe


Per Tu,
moun enfanço
berçade entrẹ l’Aoudé e la Bigorro


Entà Tu,
lou drollẹ qu’a grandit
en lous prats flourits d’Ouccitanio


Per Tu,
l’Enfàn-Pouètẹ 
bajut jous û céu d’éstelos


Entà Tu,
la Hemno qu’a rebat
d’enténẹ toustém la musico dou co


Per Tu,
l’existénço 
las mâs pléas de terrò


Entà Tu,
la mîo lénco
que la nuéit ne-t caï pas jamèy dessùs !

Lou Petìt Ausèth

Ton Nom

Volriái pas pus
mancar 
una primalba, 
un treslús


Volriái totjorn
èstre de pè
per agachar
la ronda 
de la tèrra


e totjorn
d’estèla en estèla
escriure las letras de ton nom…

Lou Petìt Ausèth

L’Oumpre e la Luts

« Que souï l’oumpre e la luts
aquét sourisẹ trìstẹ sus l’espalle toûa ;
que souï û die de plouje
e belhèu lou sourélh que s’estuje…

Que souï l’oumpre e la luts
l’òmi fatigat d’û biàdjẹ tan gran ;
que souï la soûa mâ
e per segù, û camî d’esperénço

Que souï Toûa entà ne pas desbrumbà
aquét batèu que-s’en ba
per las tourméntes de la Ma
à toucà û gn’aoùtẹ port d’ancràdjẹ…

Ne boùli pas pus està abandounade
en demouran per la toûa luts
e sentì lou frét dou bén qui passe, s’ou mé bisàdjẹ 
lou brut de la puerte que-s barre.

L’Amoù qu’éy coum û die de plouje
e ùo néyt d’esperénço
ço que demoure, que demoure
entà toustém lou noùstẹ repèrẹ

Chéns tournà p’ou coustat
de l’àrbrẹ mourt, l’an passat,
que j’a sentiméns qui-n seran pas,
pas jaméy remplaçats…

Alabéts dèche aquéro Pouesio
per la Glèyso amourtì-s
e belhèu doumâ,
que-m seras pourtat per lou bén… »

Lou Petìt Ausèth – Lou 28 de Abriu de 2019 à 13h52

La Rose

Quoan la planéto Saturne estou per fî besiblẹ, lou petìt dròllẹ, dap l’ajudo d’ùo estélo, que-s pujè dincqu’à era. Que hasèwa frét e tout que parechèwa desertat. Lou cratèr qu’ère imménço sus la soûa surfàço.

Lou petìt dròllẹ que-s’aprouchè : que j’awèwa, endeguéns, ùo bole de huéc. Lou Petìt que debarè e que prengou lou huéc deguéns las soûas mâs. Que bouhè dessùs. Alabéts, lous nuàdjẹs p’ou cèu, tout d’escòp, que desparescoun e demourè, éntrẹ soûs dits, ùo rose roùdjẹ… tant roùdjẹ qu’embuglawa lous oéhls :

« Cad’ùo de las mîos hoélhos, que-t dounara û rèbẹ, ùo esperénço… »

Més lou Petìt qu’a respounut à la Rose :

« Noû pas jaméy n’esquissarèy ùo de las toûas hoèlhos… sustout entà ùo illusioû umâne… Qu’ès pus beroje que lou Cèu e la Terrò reünits e que t’Aïmì ! »

Lou Petìt Ausèth

Qual l’auriá dich ?

Qual l’auriá dich ?

d’aquela nena
que tornava de l’escòla
e se jasiá dins tos braces
per vespertinar

Qual l’auriá dich

d’aquel cartable gastat
e dels libres plegats,
descantonats, mal ordenats
dins lo còr ?

Qual l’auriá dich 

d’aquestes sovenirs 
vivents
que seràs encara 
una Maire,
un recès per l’enfància ?

Lo Temps passat s’a fach bèl ;
es aicí, 
es lo tieu,
es lo nòstre,

e penchenas encara mos cabels de nena,
aqueste matin, davant lo grand miralh clar,
ont ès Tu ?

Pensi a Tu

Qui l’aurait dit ?

de cette petite fille
qui rentrait de l’école
et s’étendait dans tes bras
pour goûter

Qui l’aurait dit

de ce cartable abîmé
et de ces livres pliés,
cornés, mal rangés
dans le cœur ?

Qui l’aurait dit 

de ces souvenirs 
vivants
que tu serais demeurée 
une Mère,
un abri pour l’enfance ?

Ce Temps passé à nous voir grandir,
il est là, 
il est à Toi,
à Nous,

et tu coiffes encore mes cheveux d’enfant,
ce matin, devant ce grand miroir blanc,
où es-tu ?

Je pense à Toi…


Lou Petit Ausèth Per Maryse

Die Welt schweigt

Die Welt schweigt
und steht still
in deinen Augen

der Weg ist schön verschneit
dein Haus ist weit
hab keinen Kummer

Lass dich erbarmen
vom Wind,
er trägt die Wahrheit
und das Licht ;
Tag und Nacht
und manchmal
bleibt er bei dir

Ruhest du jetzt
in seinen Händen
zu spät bist du nicht ;

Leben ist Freiheit
in Bäume geschrieben

Lou Petìt Ausèth Für Helènli

Car Pouète, Cher Poète,

voici un premier pas aujourd’hui, à nouveau, incertain, vers l’inconnu de ma Vie. Je sais à présent, grâce à l’écriture, que le Temps n’existe pas. L’être en est chaque jalonnement, du plus bas, du plus lointain, jusqu’au plus haut, au plus incertain. 

Qu’at sèy adare ; n’exìsti pas bertadèramén. Que saunéji d’ùo Lénco liberàblẹ dou téms qui s’embrume ; d’ùo Lénco dibîno, prèsquẹ imperceptìblẹ, hèyto de hum ; d’ùo Lénco mîo, que seré bajudo chéns frountièros…

Je rêve d’une Parole moins soumise à l’Esprit et aux prismes des réalités. Je rêve d’une marche cadencée découvrant le mutisme de cette douleur lancinante qui vit et gît, tour à tour, en moi. 

De nèu e de bén, lou téms qui passe s’ou Terrò ; en douttance lous camîs ; e de soulitude las mountagnos dou Pouètẹ.

Je suis dans le désert des mots. Une infinie solitude, une neige épaisse et froide, recouvre depuis plusieurs années mon chemin. J’ai conscience de n’être d’aucune individualité. Mon effondrement intérieur est lui-même la reproduction d’un drame éternel qui suit le décours des siècles. 

E ataou… dans la Conscience des Déchirures et de la Véracité de l’Écriture ; j’ose encore espérer que le Temps sera d’une persévérance souveraine. Et je marche, d’un pas lent, vers cette rive jamais atteinte en moi. 

Mes pensées décharnées m’entraînent sans cesse vers un fourvoiement, un abîme de solitudes déconstruit et aussitôt reconstruit. Les mots sont trop forts ou trop suaves. L’Autre m’enseigne bien plus que ce que je ne saurai jamais m’apprendre.

Coum pouderèy escrìwẹ ? Cado lètro que-bs embìi que-s desfile héns lou frét de las mîas mâ. Que bouleri rencountrà lou boùstẹ silencî, aquéth silencî biélh de mil ans…

Chaque lettre que je vous écris se défile sous mes doigts : je n’atteins à rien. S’il fût seulement possible d’élancer ce silence, vieux de dix ans, vers le grand jour ! 

Més toutû cette injonction intime, ce que je veux dire, demeure dans la boue des souvenirs. Je ne relève rien de la Terre, elle demeure mon miroir, une flaque d’eau où je puise la force de vivre en pleurant entre ses mains.

Apprendre à retrouver pour ne plus perdre ? Si seulement vous glissiez en mon âme, un mot de Vous, Cher Poète, pour celles et ceux qui savent que l’on atteint jamais mais que tout, tout est (encore et toujours) à recommencer…

Lou Petìt Ausèth

Ausgesetzt auf den Bergen des Herzens


Ausgesetzt auf den Bergen des Herzens. Siehe, wie klein dort,
Abandounat p’ou las mountagnos dou co. Béses, tan petìt acerà, Abandonné sur les montagnes du cœur. Vois, si petit là-bas,

siehe: die letzte Ortschaft der Worte, und höher,
béses : lou darrè foursàns dous mouts, e à d’en-sus, 
vois : le dernier hameau des mots, et plus en altitude,

aber wie klein auch, noch ein letztes
més toutû minusculẹ, enquëro û darrè 
mais tout aussi minuscule, encore un dernier

Gehöft von Gefühl. Erkennst du’s?
refùgẹ tà lous sentiméns. Qu’at recounéchẹs ? 
refuge pour les sentiments. Le reconnais-tu ?

Ausgesetzt auf den Bergen des Herzens. Steingrund
Abandounat p’ou las mountagnos dou co. Pèyre angulàri 
Abandonné sur les montagnes du cœur. Pierre angulaire

unter den Händen. Hier blüht wohl einiges auf; aus stummem Absturz
éntrẹ las mâ. Aquìou que-s ba espelì en û cant ; p’ou sourtì de û precipìcẹ

en dessous des mains. Ici en éclosion ; au sortir d’un abîme silencieux

blüht ein unwissendes Kraut singend hervor.
de silencî, ùo erbalhe innoucénto quin ne sap pas, enquëro, la Terrò. 
en un chant s’élève, l’herbe innocente qui ne sait pas, encore, la Terre.

Aber der Wissende? Ach, der zu wissen begann
Més aquéth qu’a sabut ? Maluroùs aquéth quin coumençè à sabé 
Mais celui qui sait ? Hélas celui qui sut

und schweigt nun, ausgesetzt auf den Bergen des Herzens.
e que-s care adare, abandounat p’ou las mountagnos dou co. 
se tait à présent, abandonné sur les montagnes du cœur.

Da geht wohl, heilen Bewußtseins,
En delà, la Counciénço Establido que-s’emboule 
Là-bas, la Conscience Élevée prend son envol,

manches umher, manches gesicherte Bergtier,
e adentour dera, per segù, quàuquẹs animàus saubàdjẹs, 
et autour d’elle, certainement, quelques animaux sauvages,

wechselt und weilt. Und der große geborgene Vogel
que-s’arrèsten e que-s hoùnẹn. Perilhèje, l’Ausèth-Rei 
s’immobilisent et se transforment. Et en pure désobéissance, 

kreist um der Gipfel reine Verweigerung. – Aber
agalhardit de blouso desaubediénço, per lous soums. – Més que demoure

l’Oiseau-Roi survole, confiant, les sommets. – Mais il est

ungeborgen, hier auf den Bergen des Herzens….
à la descoubèrto, aquìou, en denàut de las peyrades dou co… 
en péril, ici, au-dessus des à-pics montagneux du cœur…

Lou Petit Ausèth

Mon Dieu

Mon Dieu
Qu’ai-je fait pour mériter tant d’absence
Et de haine ?

Où séjournait-il ce corps que je nommais mien ?

Vers quel lieu commun de la souffrance
N’ai-je pas pu résister ?

Et quel pardon implorant ma mort
Voulais-tu que je donne ?

Ô comme le vent qui parcoure les vignes ce matin est d’une terreur lente et infinie
Ô comme les parfums et les regards ne ressemblent plus aux siens
Et vident l’avenir de toute espérance
Ô comme je souffre et je sais
Que je n’aimerai jamais plus !

Lou Petit Ausèth, Bebleheim, Elsäss, 1/12/18, 8h23

L’UNIVERSALE

Se l’Amore fosse un sogno
Mi avrebbero chiamata
Nel silenzio
Delle notti

Avrebbero presa la mia mano
Per portarla altrove
Dove la sofferenza
Scopre il mondo

E sarebbero stati grandi
I balli notturni
Tra le braccia di Dio

Ma tace, tace la terra
E vedo dentro te
Un dono del cielo

Che sosta
Soltanto
Nel momento in cui
Riconosci
La Sua solitudine ;

l’Amore
non più condizionato
Raggiunge la luce
Del tuo cammino
Un po’ confuso
lo sguardo Suo
Richiama l’Anima
Sulla tua pelle 
Ferita
Spaventata ;

Ma invece di fuggire
Scoppia
Una pace
Inamovibile,
Commossa 
Dal tuo abbraccio
Che non sapevi
Nemmeno Tu
Di essere
Così grande…

Oramai, per sempre.


Lou Petìt Ausèth   Scritta per Nico