Letra aubrida au Cònsol de Lascasèras

Rason : Denominacion deus camins 


Adishatz !

Daunes, Sénhers deu Conselh Municipau, Moussu lo Cònsol de Lascasèras 

A bèth seguit deu vòste corrièr qu’anóncia un cambiament de denominacion au profieit deu francés e au detriment de la lenga Gascona, que’vs demandi de ben vóler préner coneishença d’aquera letra aubrida.

Qu’ei dap un gran his au còr qu’èi aprés la vòsta decision – en data deu 6 de seteme de 2019 – de modificar lo nom de las vias urbanas à Lascasèras (65 – Bigòrra).

Aqueth cambiament de denominacion que hica en perilh la nòsta lenga e la nòsta cultura bigordanas. Nominar chemin un camî plurisecular al còr de Gasconha que representa una incoeréncia lingüistica que provocarà una talhada dens la transmission inter-generacionau de la lenga, de la cultura e de l’istòria de la Bigòrra.

Aquera decision prejudícia al nòste parçan e a la soa toponomia. Que va contra a las politicas publicas qu’an per mira lo desvolopament e la proteccion de la lenga occitana. La lenga nòsta qu’ei tostemps presenta oraument a Lascasèras e la pairar de son escritura que seré quauquarren de mauadret.

L’arrespècte deu patrimòni europèu representat pera nòsta lenga e nòsta cultura gasconas que deu estar una prioritat locau e departamentau. Los nòstes ancèstres qu’an parlat Bigordan e qu’an aimada aquera lenga, qu’a estada transmesa e qu’èm uei sos eretèrs. La nòsta lenga qu’ei una beutat delicada : la flor de la nòsta identitat regionau.

La conservacion de la nomenclatura gascona de la vòsta comuna qu’ei essenciau entà aunorar lo nòste territòri. Lo temps de la discriminacion lingüistica de cap a las lengas regionaus qu’ei escorrut. 

Aquera francizacion me sembla regretable e pas vertadèrament justificada. De sègle en sègles los camîs de Lascasèras qu’an estats los camîs deu vilatge shens jamei troblar lo foncionament administratiu deu vilatge. 

Har domau à l’istòria lingüistica deu Parçan de Ribèra-Baisha que privarà las ciutadanas e los ciutadans de Lascasèras – atau com las generacions futuras – de lors arraïtzes legitims e de la lor cultura territoriau. 

Camî de las lanes dou bosc ; Camî de Marquissaou… Lascaseràs que coneish la sòrta, desempuish decenias, de possedir aqueth doç legat de l’istòria. Ne sèi pas se la vòsta decision serà ua accion de gran endom ni tanpòc lo son contracòp envèrs los taulòts que son de bèth temps en plaça sus la comuna e escriuts en gascon. Qu’ei per açò que gahi los davants e que’vs demandi, au nom de la cultura, de ben vóler obrar a la preservacion in situ de la senhaletica gascona que bordeja las carrèras de Lascasèras. Aqueth tesaur inestimable qu’ei un eretatge fragil, qu’avem lo dever de lo protetjar e de lo conservar.    

Dap l’espèr de vos tornar léger lèu, que’vs prègui de recéber, Daunes, Sénhers deu Conselh Municipau, Moussu lo Cònsol de Lascasèras, las mias salutacions respectuosas. 

De còr e d’òc,

Paulina Kamakine

Lettre ouverte au Maire de Lascazères
Objet : Dénomination des voies 

Adishatz !

Mesdames, Messieurs le Conseil Municipal, Monsieur le Maire de Lascasèras 

Je fais suite au courrier adressé à vos concitoyens dans lequel vous annoncez un changement de dénomination des voies au détriment de la langue Gasconne et au profit du français.

C’est à regret que j’ai pris connaissance de cette décision validée par la Mairie de Lascasèras en date du 6 septembre 2019.

Ce changement de dénomination met en péril notre langue et notre culture bigourdanes. Nommer chemin un camî pluriséculaire au cœur de la Gascogne représente une incohérence linguistique entraînant une rupture dans la transmission de la langue, de la culture et de l’histoire de la Bigorre.

Cette décision porte préjudice à l’histoire des lieux et à la toponymie. Elle va à l’encontre des politiques publiques visant à promouvoir et à protéger la langue occitane. La présence de la langue orale est encore vivace au sein de votre commune, la priver de son écriture serait un geste maladroit.

Le respect du patrimoine européen que constituent notre langue et notre culture gasconnes doit être une priorité locale et départementale. Nos ancêtres ont parlé et aimé cette langue, elle a été transmise et nous en sommes les héritiers, elle est une beauté fragile de notre identité régionale.

La conservation de la nomenclature gasconne sur la commune constitue un prérequis essentiel afin d’honorer notre territoire. Nous sommes en 2019, le temps des discriminations linguistiques envers les langues régionales est révolu.

Cette francisation me semble regrettable et non justifiée. Cela fait des siècles que les camîs du village se nomment ainsi sans que cela n’entraîne un quelconque dysfonctionnement.

Porter atteinte à l’histoire linguistique du Terroir de Rivière-Basse signifie priver les citoyens de Lascasèras – ainsi que les générations futures – de leurs racines et de leur culture territoriale.

Camî de las lanes dou bosc ; Camî de Marquissaou… Lascaseràs a la chance de posséder ce doux legs de l’histoire depuis plusieurs décennies déjà. Je ne sais quelle envergure peut prendre votre décision au sein de la commune et ni quelles répercussions elle peut avoir à l’égard de la signalétique gasconne déjà en place, c’est pour cela que je prends les devants et vous demande, au nom de la culture, de bien vouloir mettre tout en œuvre afin de préserver in situ la signalétique gasconne qui borde les camîs de Lascasèras. Ce trésor inestimable est un héritage fragile, nous avons le devoir de le protéger et de le conserver.

Dans l’attente de vous lire à ce sujet, je vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs le Conseil Municipal, Monsieur Le Maire, mes salutations les plus respectueuses,

Bien cordialement, de còr e d’òc,

4 réflexions sur “Letra aubrida au Cònsol de Lascasèras

  1. Daniel dit :

    Le respect d’un peuple passe avant tout par le respect de ses noms: ceux de ses gens et ceux de ses lieux.
    Le peuple valdôtain mène le même combat face à l’italianisation progressive de ses contrées.
    Eun tan que Valdotèn, dze soutchagno sensa rezerve vouho combà

  2. Franc BARDÒU dit :

    Aqueste cambiament es una insulta a la nòstra dignitat de pòble occitan, de Gasconha o d’endacòm mai. Es un procediment evidentament xenofòb e nèci, coma tota xenofobia. E la xenofobia, la castigan las leis francesas.

  3. Escoute dit :

    Comprenc, i encoratjo la vostra decisió . La Unió Europea reconeix les diferents llengües regionals i dóna recolzament a totes aquestes. Pero les actuacions dels estats membres extremadament centralistes, imposen una llengua en detriment de l’altra. Heu de recordar al senyor alcalde de la vostra població, que la doble titulació és la que recomana Europa. A mes a mes la implantació del codi postal a les adresses, esborra totalment qualsevol argumentari en contra i permet a tothom utilitzar la llengua d’origen.

    Salutacions d’un Occità de parla catalana.

    Hubert

  4. Duloutre dit :

    Merci pour ce courrier bien reçu, en espérant pour ta démarche, qu’il sera entendu et respecté…

    Qui pourra l’entendre, le recevoir, en tenir compte?

    Les processus évolutifs bien souvent broient, remplacent, supplentent toutes choses et par la force des choses. Il est aussi souvent montré que le maintien de traditions est un frein aux processus évolutifs… Et c’est à ce titre qu’elles sont malmenées!

    Nous sommes inexorablement dans un perpétuel processus évolutif, pour le plus souvent, un mieux être et un mieux faire… La cruauté de la vie fût ainsi bien améliorée au cours des âges. Nous devons en être reconnaissants…

    On pourra parler longuement de l’antagonisme tradition/évolution et voir concrètement comment trouver de bonnes solutions, de bons compromis,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *